vendredi 5 décembre 2008

L'union fait quelle Force?

On n'aime à dire que nous, Ayitiens, méprisons notre devise «l’union fait la force», que l’unité est absente de notre vie de peuple. Je ne suis pas d'accord. Alors là, pas du tout.

Nous sommes même un peu trop portés vers l'unité.

En témoigne le nombre incalculable d'associations présentes dans la république. Des regroupements de Médias à ceux des journalistes, des Enseignants, des étudiants, en passant par ceux des coopératives ou de leurs victimes, des associations de patrons d'entreprises, de syndicats, d'employés de la voirie, de maires, de partis politiques, sans oublier les femmes, ...on en rencontre de tous bords et de tous genres. (Et même plusieurs par bord et par genre).

D'après Verly Dabel, il y aurait même une association d'anciens évadés de prison. Ces regroupements résultant souvent du caractère minoritaire de leurs membres, il faudra bientôt une association de «non-membres» d'association.

L'unité ultime devient donc un jeu d'enfant. On crée une association des associations d'Ayiti pour avoir tous les citoyens dans la même coalition et...le tour est joué.

Toutefois, faire une association c'est une chose, qu'elle s'attelle à SA tache c'en est une autre. Et une toute autre.

Je pense à cette annonce d'une conférence que veut donner l'association des Pharmaciens sur les désastres naturels. Les a-t-on entendu concernant les piètres services qu'offrent les vendeurs en pharmacie? ou sur la condition de travail des pharmaciens? Quel peut donc être l’apport spécifique d'un pharmacien à une situation de sinistre?

Je pense aussi à cette association d'étudiants qui réclamait leur participation au gouvernement.

Je pourrais trouver plein d'autres exemples, mais cela n'est pas nécessaire. Vous avez déjà, compris, je présume, que l'existence de nos associations semble plus importantes que leurs raisons d'être.

Alors, n’oubliez pas: quand vous n’aurez rien à faire, vous pourrez toujours vous associer.

Tilou