vendredi 26 juin 2009

Étape par étape...

La tendance, ces jours-ci, est à penser que, le niveau scolaire ayant chuté, les jeunes sont moins intelligents. Je n'en suis pas convaincu.

Certes, les écoliers sont moins aptes à résoudre un problème mathématique ou même à comprendre le message porté par un texte.

Mais ne vous méprenez pas. Ils accomplissent des exploits inimaginables et insoupçonnables.

Les fêtes de graduation, par exemple. Les écoliers en classe de terminale réussissent à se procurer un bon nombre de cadeaux à l'occasion des fêtes de graduation. Leur truc: se choisir, chacun, un parrain et une marraine.

Fini cette histoire de parrain ou marraine de promotion, se croyant un modèle et qui venait discourir sans rien apporter (Enfin, ils payaient la salle de cérémonie et le goûter, mais ça ne profitait pas aux poches des écoliers). Maintenant, place à ceux et celles qui n'arrivent pas les mains vides.

Attention, il ne leur est rien demandé. C'est même moins fatigant que lors d'un baptême où parrain et marraine sont contraints de faire écho au prêtre, répétant une tonne de "oui, j'accepte" et de "je renonce".

Là, rien à dire. Rien à faire. Et en fin de compte, on ne comprend vraiment pas de quoi, de qui, pourquoi on est parrain ou marraine.

Toutefois, vous vous sentez toujours obligé d'arriver avec en main un «p'tit quelque chose.»(Pas trop petit quand même).

Vu le nombre de paquets reçus par certains gradués, ils doivent avoir plusieurs parrains et marraine.

Même que je soupçonne certains de reprendre l'année rien que pour revivre la graduation. Tiens! Ça expliquerait le taux élevé d'échec aux examens de la philo!?.

Quand je pose la question de la raison d’être de la cérémonie de graduation (y compris celle des jardins d’enfants), les concernés me rétorquent que c’est pour maquer le passage d’une étape à l’autre.

Oh ! Les rusés ! Oh ! Les finauds !

Ils doivent sans doute planifier 3 ou 4 graduations par année. Mais oui. Parce que depuis qu’il n’existe plus les Trimestres, on ne parle plus que d’étapes. Et s’il faut célébrer chaque changement d’étape…

Tilou