jeudi 30 juillet 2009

Blogodow !

Ah ! Quel beau spectacle hein, le festival du week-end dernier ! Franchement, chapeau !

Beaucoup de monde, beaucoup de...euh !, beaucoup de…Monde. Et puis… du bruit ! Oui, beaucoup de bruit, beaucoup de sons. Oh, que ça tapait fort ! C’était à rendre aux sourds l’usage de l’ouïe ou à leur ôter tout espoir de le retrouver. J’habite à des kilomètres du lieu du spectacle et je peux vous assurer avoir bien tout reçu.

Évidemment, il y aura toujours des insatisfaits qui viendront se plaindre de la qualité du spectacle. «Le décor n’était pas à la hauteur», «Les groupes n’ont fait montre d’aucune originalité dans leurs prestations», «On a eu droit aux mêmes interprétations que d’habitude», «l’organisation a témoigné d’amateurisme» (se pa mwen non, se entoleran yo ki ap di sa !), «l’horaire n’a pas été respecté» et patati…et patata !

Mais c’est qu’ils n’ont rien compris du tout, ces coincés ! C’est justement par souci de surprendre que la fête a été ainsi pensée.

Mais oui, réfléchissons. Tous ceux qui s’y sont rendu l’ont fait en pensant que cette fois-là serait la bonne, qu’il y aura du beau spectacle, avec de jolies chorégraphies, de la bonne musique (pas forcément à faire hurler les chiens de douleurs), de spectaculaires prouesses d’instrumentistes sous des jeux de lumières recherchés, comme on le voit à la télé.

D’abord, ça se fait déjà partout ailleurs. Donc, c’aurait été du copiage que de faire comme les autres.

Mais ensuite, et surtout, si les spectateurs s’étaient vu offrir ce à quoi ils s’attendaient, il n’y aurait point eu de surprise ! N’allez tout de même pas croire que les gens qui s’y sont rendus s’imaginaient que c’était ÇA, un spectacle. Voyons, Ils ne sont tout de même pas aussi débiles ! Et les organisateurs avaient bien compris ça. Et quelle meilleure garantie de surprendre que de proposer le contraire de ce qui est attendu ? Vraiment, ce spectacle a été un coup de maître dans l’art de déconcerter.

Bon, l'année prochaine, ça risque de se corser. Entre surprendre ceux qui ne s'attendent pas à l'être, par quelque chose de surprenant; et dérouter ceux qui s'y attendent par un nième spectacle banal, le choix ne sera pas facile. Mais j'ai confiance. Ils sauront nous surprendre comme cette fois-ci.

Le seul Hic a été le public. Là vraiment, ce fut la preuve que les mœurs et les temps ont changé : plus une once de politesse ! Témoigner de la gratitude envers quelqu’un pour son dévouement à nous servir, ça semble avoir disparu. Les musiciens ont dû, pendant tout le spectacle, demander aux spectateurs de montrer leur appréciation en levant les mains, en applaudissant ou en gueulant «Anmwey». Certains chanteurs ont même été jusqu’à les supplier : «Mezanmi, rele anmwey non !» Et malgré tous ces efforts, certains trouvent à redire sur le savoir-faire de nos «atis».

Moi, en tout cas, ce festival ne m’a pas laissé de marbre. Reconnaissant le prophète même lorsqu’il est de mon pays, je ne me ferai pas prier avant de crier «Anmwey !». Et je l’avoue, depuis ce week-end, mon envie de chanter a augmenté. Je me surprends de temps à autre entonnant cette ancienne musique :

«Konpa m’ tonbe, BLOW… blow... blow!!!»

Tilou