jeudi 2 septembre 2010

conspiration !

Vous avez sans doute déjà entendu parler des conspirationnistes. C’est des gens qui cherchent toujours les causes et le dénouement des événements dans un plan orchestré secrètement par des groupes puissants, souvent les gouvernements des grandes puissances.

Mais les conspirationnistes ne se limitent pas à ce qui se dit. Ils dénoncent aussi ce qui leur est présenté.

Par exemple, pour plus d’un, la coupe du monde de football est truquée, Neil Armstrong n’a jamais mis un pied sur la lune; Adolph Hitler, Elvis Presley et Michael Jackson ne sont pas mort. En tout cas, pas quand et où on se plait à le dire; etc.

Et puis, cela va plus loin. Il y a aussi (toujou dapre yo wi! Pa antrave m’) des complots encore plus macabres : Le séisme du 12 janvier est amputable aux USA, l’attaque contre les tours du worldTrade Center a été planifié par les américains, eux-mêmes, etc.

Nous en avons hein, des comme ça, qui prennent pour preuve de ce qu’ils avancent le fait que le gouvernement annonce le contraire ;)

En Ayiti, nous en sommes passés maîtres.

Des phrases comme « tout nèg politik yo se vòlè » s’entendent à longueur de journée (et partout sur le web). On raconte, comme si on y était, comment, où et quel était l’objet du vol de chaque coupable.

Pourtant, quand est posée la question « kijan ou fè konn sa » on en revient toujours au « se sa m’toujou tande ». Parce qu’en réalité, nous n’en savons strictement rien! À part peut-être ce qui nous a été raconté par un tiers pas du tout digne de confiance ;)

Et ce qui est cocasse dans cette démarche, c’est qu’elle favorise la conspiration.

Mais oui! En prenant l’habitude de toujours entretenir les accusations non fondées et les théories conspirationnistes et en mettant tout le monde dans le panier des voleurs, on n’en arrive qu’à cacher les vrais voleurs. Exactement comme la foule de citoyens honnêtes déambulant dans la rue cache le fugitif poursuivit par la police.

Hmm! C’est à se demander si nous ne nous prêtons pas à ce jeu pour justifier nos fraudes à venir.

Alors, moi, pour éviter ça, je conspire! Dès qu’une rumeur se fait insistante, je n’y crois plus.

Par exemple, quand j’étais petit, tout le monde parlait du BonDieu, je n’y prêtais pas trop attention. Une fois qu’on a commencé à dire qu’il n’existait pas, je me suis mis à y croire.

Je pensais que la diaspora voulait aider à reconstruire le pays. Maintenant qu’elle dit vouloir le faire, je n’y crois plus.

Je me disais bien que de bonnes élections seraient organisées pour la fin de l’année. Maintenant que tout le monde en parle, je n’y crois plus.

Tilou