vendredi 14 septembre 2012

Woy! Woy! Woy! Gad'on lekòl!


Beaucoup de compatriotes pensent que le progrès du pays ne peut passer que par l'éducation. La majorité des candidats aux dernières élections en avaient fait, à côté de l'agriculture, l'emploi, les infrastructures, la sécurité, le logement, l'aménagement du territoire, et que sais-je d'autre encore, leur priorité.

C'était donc un peu compréhensible que beaucoup de gens expriment leur déception lorsqu'au bout du processus, ils constatèrent que le gagnant était le seul à n’avoir pas un seul diplôme. (Bon, il parait que ceux de M. Jude Célestin étaient faux, mais dans faux diplômes il y a diplômes, donc diplômes quand même!)

Et voilà que, contrairement à toute attente, notre inattendu élu est le seul qui va réussir à relancer l'enseignement! (Men Wi, tout bon Wi!)

Après avoir plus ou moins amené plus ou moins un million d'enfants plus ou moins à l'école plus ou moins gratuitement. (On ne reviendra pas dessus), c'est l'université qu'il compte remplir dès cette année.

Le chef de l'État a eu la géniale idée d'offrir 18000 gourdes à tout étudiant des facultés d'État. Wooooow! Et si certaines mauvaises langues, encore les mêmes, se plaisaient à douter de l'école gratis, là il n’y aura rien à redire.

Avec cette mesure, en plus qu'il y aura peu d'étudiants dans un éventuel prochain GNB, l’éducation va décoller. Les jeunes ne tenteront plus le PAF (Premye Ane Flanneu). Ils voudront rapidement intégrer une faculté, peu importe laquelle, pour bénéficier la manne avant qu'il ne soit trop tard. (C'est que de même qu’on n’entend pas trop parler de lekol gratis cette année,....)

Tiens? Même moi je vais aller m'inscrire. Ça fera quand même 18000 gourdes de plus.

Puis, Il n’y a pas que l'éducation qui va en profiter hein! L'économie aussi va bouger. Il y a ceux qui offriront de fausses cartes d’étudiants, les professeurs qui feront payer les candidats pour les pistonner, les vice-recteurs qui feront payer les professeurs pour ajouter quelques noms à la liste des admis, etc.

Certes, il n’est pas question de cours, de laboratoires ou de campus. Et c’est normal. Ces histoires là c’est quand on veut donner de la valeur aux diplômes. Mais les diplômes, vous savez, ici ça sert seulement à se faire coiffer au poteau par celui qui n’en a pas.

Revenons aux 18000 gourdes et imaginons qu’elles soient distribuées par étudiants et par discipline, On est sauvé! Vous imaginez un pays où la plupart des étudiants suivent presque tous les cursus. Plus de 50000 citoyens tous à la fois en études de Médecine, d’Agronomie, de Droit, d’Infirmière, etc. La TOTALE!!!

Bon, le problème, c’est que ça ne concerne que les facultés d’État. Du coup, plus personne ne voudra aller dans les écoles privées. À moins que l’on fasse aussi de même pour leurs étudiants? Mais oui …Très bonne idée même! Le gouvernement n’a qu’à offrir 18000 gourdes aussi à chaque étudiant des facultés privées. Problème résolu!

Pour le budget, faut pas s’en faire. Je soupçonne même les membres du gouvernement d’avoir pris les devants : Ils ont récemment installé un directeur de la borlette. Ça ne peut être que pour gérer la nouvelle dynamique insufflée à l’éducation. Parce qu’à ce rythme, bientôt le ministère de l’Éducation Nationale et la direction de la loterie nationale gèreront les mêmes affaires.

Tilou