vendredi 4 avril 2008

Leurs Meilleurs Vœux

Qui n’ aime pas se sentir à l’aise? Qui n’ aime pas être facilité par le confort?

C’est naturellement que nous le recherchons, ce confort. Nous inventons le réfrigérateur pour amener à nous la fraîcheur de l’eau potable et conserver notre nourriture. Ceci nous évite d’aller à la source et à la chasse trop souvent. La télévision nous raconte en quelques minutes ce que nous peinons à apprendre, des heures durant, dans les livres. Avec le téléphone portable, la distance ne nous éloigne plus de nos proches.

Mis à part les inventions technologiques, le confort nous est aussi apporté par des services.

L’eau que nous utilisons pour notre quotidien nous est livrée à domicile. Tout comme le gaz, le courrier, le journal et la pizza du vendredi après-midi.

Mais ce confort qui améliore notre vie nous rend parfois insensés.

Je n’ aborderai pas les exactions que nous commettons pour l’obtention de ce confort, à savoir: vol, mensonge, meurtre et exploitation. Ces histoires-là sont flagrantes et nous sommes tous d’accord qu’ elles sont à proscrire.

Ce qui cependant est plus subtil, c’est l’absurde de certaines de nos démarches dans l’utilisation de certains services.

Comme d’habitude, prenons quelques exemples.

Envoyer un billet, une carte, avec un petit mot ou des vœux pour un ami ou un membre de la famille a de précieux, non seulement le témoignage que nous avons pensé à cette personne, mais aussi le temps que nous lui avons consacré, à penser puis à rédiger la correspondance.

Avec les cartes pré-imprimées, sensées nous aider à trouver nos mots, il n’ est plus obligatoire de perdre son temps. Il n’ est même plus nécessaire de savoir ce que dit la carte.

Et l’histoire des fleurs que nous faisons livrer à nos amours!?

L’ idée de départ était de passer un peu de temps à les cueillir, les arranger suivant un code entre les amoureux et à les offrir d’une façon qui faisait passer un message. Rien à voir avec une livraison faite par un coursier sous simple commande d’un bureaucrate via un appel téléphonique.

Et le résultat ne se fait pas attendre, nos amours, en recevant les fleurs ne sont heureuses que de recevoir des fleurs. Et nous, nous ne prenons plus le temps de lire les cartes que nous recevons. (Certains ne les ouvre que pour vérifier que ne s’y trouve pas un billet d’argent). Et nous n' avons pas tort puisque lorsqu'il est écrit «Mes meilleurs Vœux», nous ne savons plus de qui sont vraiment ces vœux.

Tilou