vendredi 25 juillet 2008

Ayitiâneries

Je suis de ceux qui n'hésitent pas à condamner les propos insinuant que les Ayitiens seraient plus méchants que les autres habitants de la terre. Entendre dire que l'Ayitien ne pense qu'à lui me met hors de moi.

Certaines situations que j'ai vécues récemment diminuent, cependant mon élan à défendre mes compatriotes sur ce terrain.

Connaissez-vous la mauvaise blague de l'Ayitien qui préfère perdre un oeil rien que pour éviter qu'une de ses actions soit profitable à un voisin? (Si non, c'est tant pis pour vous! Mwen pap simaye vye blag konsa!).

Et bien, moi, j'ai vraiment assisté à ça. Imaginez une dame, chrétienne par dessus le marché, qui se retrouve avec une tonne de linge sale à cause d'une pénurie d'eau courante dans le quartier. Elle rencontre un gars qui lui propose de réparer le conduit endommagé causant l'ennui moyennant une maudique somme qu'elle est en mesure de débourser.

Pouvez-vous devinez sa réponse? Elle refusa. Parce que, avança-t-elle, il n'est pas question qu'elle paie seule alors que tout le quartier va en profiter. (Tonniskribòt mwen!)*.

Comprenez bien: Ce qui lui est demandé n'est pas du tout en fonction du nombre d'habitant du quartier. Elle en aurait été la seule habitante que le prix aurait été pareil.

Mais elle préféra garder son linge sale, plutôt que de faire profiter gratuitement quelques prochains.

C'est dans la même logique de ce vieillard refusant de planter un manguier dans sa cour prétextant qu'il sera mort avant que l'arbre ne bourgeonne.

Vous savez? je ne me résous toujours pas à croire que tous les Ayitiens soient des égoïstes méchants et athées. Mais à voir l'état dans lequel se trouve le pays, je me dis que de cette sorte de gens, il doit y en avoir pas mal.

Tilou.

* expression créole équivalent au «Tonnerre de Brest!» du Capitaine Haddock dans LEs aventures de Tintin et Milou. Ici, accompagné d'un soupir.