vendredi 29 février 2008

Comment détourne-t-on un mineur?

Détournement de mineur.

Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire aujourd’hui? Quel sens peut encore avoir cette notion?

J’ai tendance à penser que cela consistait à des avances - plutôt sexuelles - d’une personne de plus de 18 ans envers un mineur. La Loi et la morale (de qui?) par cette notion veut empêcher qu’un adulte apprenne trop tôt à un enfant des attitudes trop intimes.

Bon. Sur le principe, je ne pense pas que cela soit contestable. Mais en pratique, certaines fois, je me demande si ça tient la route.

Par exemple, comment est-ce possible de parler de détournement entre une fille de 20 ans et un garçon de 16? Ou entre un garçon de 19 ans et une fille de 17? Surtout, lorsque, semble-t-il, la fille mûrit plus vite que le garçon.

On peut se demander aussi comment appeler le cas ou un adulte se compromettrait avec un mineur qui aurait été précédemment détourné par un autre adulte: «redétournement de mineur détourné» ou «surdétournement de mineur»?

Et lorsque le mineur en question en sait plus sur la sexualité que l’adulte, ca devient carrément bizarre. Imaginez une femme de 20 ans qui, pour avoir couché avec un garçon de 16 ans, alors qu’elle était encore pucelle, se voit accusée de détournement sur le mineur qui, lui, avait déjà mis enceintes 2 autres filles du quartier.

Bon, d’accord. Les 2 précédents paragraphes sont un peu trop humoristiques pour un sujet aussi grave.

Mais soyez rassurés, le «détournement de mineur» va disparaître.

Oui, ça va s’effacer ou changer de main. Parce que bien avant que la Kannay du quartier ou le pervers d’à côté auront pu lever le p’tit doigt pour corrompre notre garçonnet et notre fillette, nos mineurs seront détournés avec nos campagnes publicitaires, comme celles pour le condom qui leur disent : «Allez-y, mettez ça, et foncez!»

Tilou