vendredi 24 octobre 2008

Secrets publics

Ce qui est secret, logiquement, ne doit être connu que de ses détenteurs. Faire circuler un secret va à l'encontre du caractère secret de l'affaire. Vous êtes d'accord?

En tout cas, si c'est le cas, il n'est pas certain que vous ayez raison. Parce que ça dépend de qui détient le secret.

Si c'est à une femme qu'un secret est confié, ce n'est qu'un secret provisoire. Une sorte de scoop à l'état latent. Scoop qu'elle dévoilera avec fierté un jour, pas très lointain, venu.

Si c'est à un prêtre que vous confiez votre secret, par exemple, dans un confessionnal, vous aurez au moins la garantie de votre anonymat dans l'histoire. Mais n' allez pas croire que l'histoire elle-même restera forcément secrète. Ah non! Ca peut arriver que dans une banale conversation ou, et c'est la meilleure, lors d'une homélie, il déclare: «...Comme l'autre jour au confessionnal, un fidèle m'a avoué avoir...»

Certains entendent, aussi, par secret, ce qui ne peut se dire qu'en chuchotant et à deux. Tout le monde peut être au courant, pas de problème. L'essentiel c'est de ne pas le divulguer à plusieurs dans une même conversation. Ce secret est dit de polichinelle. J'appelle ça, moi, un ch'cret. Parce qu'avant de le dévoiler il faut toujours préciser: «Chuuut! Ne le dis à personne!»

Et puis il y a aussi les secrets que l'on vient raconter à la télé, sans pour autant vouloir les dévoiler. Ah, oui! ça existe. Et il y a même des émissions pour ça. L'autre jour. j'en ai suivi une au cours de laquelle des femmes venaient raconter et expliquer leurs relations avec des hommes mariés (pas à elles-mêmes, évidemment ;). Ces femmes s'étaient faites maquillées de sorte qu'on ne les reconnaisse pas parce que...non, sa a debòde,...ça doit rester secret!

Pas mal hein!? cette idée d'aller raconter à la télé une histoire qu'on veut garder secrète?

Tilou