jeudi 12 décembre 2013

Macaque?! On dit MONSIEUR macaque!

.
Ou Ou Ou Ou Ha Ha Ha Ou Ou Ha Ou...

Euh…pardon, j’oubliais que vous ne comprenez pas forcément ce langage. Surtout que je ne suis qu’en phase d’apprentissage. Vous devinez quand même un peu de quelle langue il s’agit. Non ? Ben, je dois être loin du compte, finalement. En tout cas, c’est du Singe. Plus précisément le Chimpanzé.

J’avoue que le parler est bien plus facile que le comprendre. Cela fait une semaine que je m’entraine. Je prononce maintenant correctement, mais rien à faire, je ne progresse que très lentement dans la compréhension.

Mais non. Je ne suis pas fou. Au contraire, vous devriez vous y mettre vous aussi. Peut-être que dans un avenir proche, ça sera très utile.


Au début quand j’ai appris la nouvelle, je croyais à la blague la plus ridicule jamais entendue. Mais en fouinant un peu sur le net, les doutes sont partis. Au fait, ca part d’une bonne idée : limiter la maltraitance que l’homme fait subir à certaines bêtes (Je me suis souvent demandé si cela avait un sens de garder dans une cage un animal que l’on prétend aimer mais fait pour les grands espaces). Les hommes souvent sont de véritables sauvages envers les animaux.

Et puis cette simple démarche donne naissance à la plus géniale des trouvailles : Promouvoir des primates à la qualité de personnes. Et avec à la clé, tous les droits devant leur être reconnus.

Déjà, faudra bien les respecter. Pas question de discrimination. Un restaurant, un hôtel ne pourra sans doute pas leur refuser le service. Il faudra une loi anti raci... « antiespeciste », pardon !

Ils auront donc droit à leur logement. Un jour peut-être à l’éducation. Faudra apprendre à corriger nos enfants « non chéri, ce n’est pas poli de dire ‘gade figi makak la’. Faut saluer gentiment : « Bonjour Monsieur Makak ».

Et sait-on jamais si on ne finira pas par les avoir comme colocataires ou même comme patrons.

Certains d’entre nous en tireront des avantages. Les salons de coiffure se feront de véritables fortunes. La permanente sur tout le corps, ça ne sera pas donné.

On pourra aussi adopter ses singes et les élever comme nos propres enfants. On leur apprendra nos musiques, nos styles. Il y aura des macaques rasta (sa a ap move !).

Et ce ne sera que le début d’une véritable révolution. Au fur et à mesure on finira par rentrer tous les animaux dans le paquet. Les chiens et chats vivront en meilleure harmonie avec nous. Les cabris pourront déposer plainte pour agression sexuelle contre certains ;-).

Mais, il faudra aussi réparer quelques torts. Les poules devront être dédommagées. J’en ai tellement mangé que je ne peux soutenir leur regard. (Lòt jou mwen rankontre yon poul, mwen oblije vire tèt mwen tèlman mwen wont).

Ensemble donc nous vivrons tous «ensemble». Ce sera beau hein !?

Euh...oui. L’idée reste un peu bizarre tout de même. C’est les risques quand on a trop de gens à s’ennuyer sur terre. Ils inventent des passe-temps à chambouler le naturel. Et puis, à bien réfléchir, si les hommes ont le droit d’être bête, de temps en temps, pourquoi donc les animaux n’auraient pas le droit de jouer à être des personnes ? 

Tilou
.

dimanche 21 avril 2013

Sacrés droits d'auteur !

.
La société occidentale a la singulière faculté de transformer toute bonne idée en une aberration totale.

J’avais déjà parlé de ces fameuses règles de bienséance détournées en outils de snobisme ou l’émancipation de la Femme qui faisait perdre la tête à plus d’une. Aujourd’hui c’est la propriété intellectuelle qui me fait sourire.

Enfin, non pas la propriété intellectuelle en soit. Protéger les droits des auteurs de sorte que si l’œuvre doit générer de l’argent, l’auteur en profite au moins d’une partie est tout à fait légitime. On a eu bien des cas, en Ayiti, où le compositeur d’une chanson à succès finissait sa vie sans un clou ; devant s’en remettre à la générosité de proches alors que son tube avait servi à enrichir bien d’autres poches.

Ceci étant dit, à force de se concentrer uniquement sur l’argent que peut rapporter une œuvre, certains auteurs finissent par la dénaturer carrément.

Une dimanche, après l’Action de grâces, l’officiant de la messe a présenté un livre qu’il vendait à 250 gourdes. Le contenu du livre serait un message important de Dieu qui avertissait sur des tribulations à venir. Il (Dieu ou l’officiant ? Allez savoir !) y avait inclus quelques prières efficaces, disait-il (là, c’est l’officiant, pas de doute), à résoudre tous les problèmes. Tout cela avait été révélé en songe par notre Seigneur Jésus–Christ. Bon, jusque-là, rien de trop anormal.

Évidemment, on pouvait (et on peut encore) se poser des questions sur la véracité de son message. Un prêtre ça ne ment pas, mais on peut toujours questionner l’authenticité de celui qui lui a inspiré le message. (Tout barbu vu en songe n’est pas forcément Jésus), Mais, de toute façon, il n’y avait aucun moyen de le contredire.

Cependant, lorsqu’il suggéra que chacun se procure un des 500 exemplaires en insistant que c’était mal de faire photocopier un livre parce que ça allait à l’encontre de la loi sur la propriété intellectuelle, je compris tout.

Entendons-nous : Dieu lui donne un message pour l’humanité. Lui, il veut en tirer quelques sous. Chez nous on appelle ça du « Koutay », comme les prélèvements de la servante sur l’argent du marché. Ou encore «rakèt ». Comme l’excédent de frais rajouté par le type qui prétend vous faciliter la copie de votre extrait d’archives.

Je vous vois venir… « Il ne cherche pas à s’enrichir, mais à rentrer l’argent dépensé pour la production du livre ». Et quoi encore ???

Un message urgent de Dieu et il prend le temps de le faire dactylographier et imprimer ?? Ç’aurait été plus simple de faire une annonce à la radio non ? Ça ne lui aurait rien coûté sur la radio officielle de l’Église. Et pourquoi en faire uniquement 500 ? D’accord, la majorité de mes concitoyens sont encore analphabètes, mais je pense que les lettrés doivent être plus que ça.

Il y a des histoires encore plus bizarres, vous savez ?! Tenez, Vous connaissez les fameuses bandes dessinées relatant les exploits d’un reporter toujours accompagné de son petit chien ? (Non ! je n’ai pas oublié le nom, mais j’évite de le citer sur ma page. Vous allez comprendre). Eh bien, la société qui gère les droits de cette production est tellement stricte que la moindre case citée dans une autre œuvre peut être le motif d’une plainte judiciaire.

Elle a même réussi à complètement ruiner un écrivain qui s’était arrogé le droit de faire une étude sur Les aventures d… (Woy !!! Gad’on Tenten !!! Bouch mwen manke chape !). Cette société ne se rend même pas compte qu’en voulant exagérément protéger une œuvre, elle est en train de la tuer tout simplement.

Dernièrement, un célèbre réalisateur s’en est allé à une démarche tout aussi cocasse. Il sort un film-documentaire sur les dessous de l’aide humanitaire au pays. Le but, concède-t-il, est de dénoncer la mauvaise foi d’une partie de la communauté internationale, de faire connaître aux Ayitiens ce qui s’est vraiment passé avec l’argent promis.

Mais bizarrement, prétextant ses droits d’auteurs, il invita une journaliste à retirer le lien menant vers une page où l’on pouvait visionner légalement ce documentaire. Il semblerait que même si le film est légalement diffusé sur un site internet, ça ne donne pas le droit de le visionner. (Tèt chaje !) Oui, moi aussi, je cherche encore à comprendre.

Mais peut-être suis-je le seul à me poser ces questions. Peut-être que tout le monde trouve toutes ces histoires parfaitement normales…

En tout cas, si nous continuons sur cette voix, bientôt nous aurons le choix entre payer pour tout air sifflé ou fredonné même sous la douche, et ne siffler ou fredonner que ce que l’on aura soi-même composé.

Tilou

samedi 13 avril 2013

Le village global, leur nouvelle plantation

.
Le monde, dit-on, n'est plus qu'un village global. La technologie, les moyens de communication particulièrement, ont réduit les distances et fait sauter les frontières. Maintenant, nous sommes informés de tout ce qui se fait ou se dit à l'autre bout du monde; en temps réel. Nous vivons presque dans un même monde.

Eh oui ! je dis bien presque, parce que si dans un village, les voisins ont plus ou moins la même culture et jouissent plus ou moins des mêmes droits, dans bien des domaines et sur bien des aspects, nous vivons, dans le monde réel, d'une communauté à une autre, dans des univers différents.

Je sais que vous pensez à la faim qui chante en soliste dans certaines régions du globe quand dans d'autres, l'abondance, la démesure et le gaspillage jouent leur insensible sonate. Et vous avez raison. Peut-on faire plus indécent que de diffuser, après les nouvelles internationales montrant les enfants squelettiques de la Somalie, un spot publicitaire pour un concours de bouffe appelé « GRAN MANJÈ » ?

Mais il n'est pas non plus nécessaire d’aller jusqu' à cet extrême exemple pour trouver un indice de la distance qui sépare encore les habitants de ce nouveau village.

Tenez, M. Clinton, lorsqu' il était président des Etats-Unis, a failli être viré pour une gâterie avec une stagiaire. M. Strauss-Kahn, candidat pressenti aux dernières présidentielles de la France, a dû renoncer à se présenter parce qu’il avait été (injustement, en plus) accusé de viol par une employée d’hôtel...dans un autre pays.

Eh bien, chez nous, quand on est accusé de viol sur un femme déjà fiancée, alors qu'on occupe une haute fonction, il suffit de faire circuler des photos prouvant que c'était une séance de pornographie consentie pour que tout soit oublie, que notre fameuse presse se la boucle et que même, on ait son nom circulant comme probable conseiller électoral.


Actuellement, en France, c'est toute une histoire parce qu’un ministre a été pris en flagrant délit de mensonge au sujet d'un compte qu’il cachait en suisse. Sa tentative de fraude fiscale est prise très au sérieux et menace même tout le reste du gouvernement en place.

Je me demande ce que ça serait si on devait investiguer sur chaque Ayitien possédant un compte à l’étranger et servant à mettre de l'argent loin du regard du fisc.

Bizarrement, le seul domaine ou le village semble bien s'uniformiser est notre monde de consommation. Là, rien à redire: la zombification, euh...l’uniformisation, ça marche.

Maintenant, nous mangeons tous les mêmes produits surepicés et artificiels que les grandes multinationales nous imposent. Nous buvons tous, ces poisons, euh...boissons chimiques que nous trouvons si désaltérantes et qui nous sont encore imposées par les grandes chaines de production. Nous portons tous ces habits précousus auxquels nous devons adapter nos corps. Nous ne dansons et ne chantons que ce qui nous est proposé par les grandes boites de la musique. Nous ne reconnaissons plus que la même réussite: celle qu'aura reconnue « l'International »... au point que maintenant, ce n'est qu’après avoir été honorée par une ambassadrice, une de nos députées est jugée devant être à la une d'un journal. Ce qui devrait stimuler notre honte, nous fait parader.

Voila donc le village que nos intellectuels et leaders viennent nous chanter. Certes, le monde est bel et bien un village, mais...savons-nous à qui il appartient et, surtout, à quoi ça sert?

Tilou