vendredi 12 décembre 2008

Miss Glouglou

Je ne connais pas l’origine des concours de «Miss». Lorsque j’étais enfant je n’entendais parler que de Miss Monde et de Miss France.

Déjà, en ces temps-là, je n’approuvais pas l’affaire. Je trouvais incompréhensible que l’on demande à des jeunes filles d’exposer leurs corps au monde, de leur enseigner d’afficher un air abêti par un synthétique sourire, de leur poser quelques questions au hasard, sur tout et rien et...décider qu’«unetelle» est meilleure que les autres. Meilleure en quoi?

Et puis, ça me faisait trop penser au rituel de ma mère, quand elle voulait choisir la dinde à acheter pour les fêtes de Pâques. Elle faisait toujours pareil: Elle les soulevait, les soupesait et choisissait la gagnante. Certes, les dindes n'avaient pas de questions à répondre. Mais elles faisaient quand même un «glouglou» rappelant étrangement certaines réponses des postulantes.

Évidemment, en Ayiti, on a copié.(Ça, on sait faire hein!). Et on a beaucoup copié. Les écoles, les stations de radio ou de télévisions s’acharnent tous contre ces concours, et les dévorent carrément. Maintenant, il y a «Miss Tout», «Miss Rien» et «Miss Nimportequoi».

On en a eu avec, comme invité, un groupe de rap venu chanté «banm afè m'**» et «se trip m'ap trip***». Et les postulantes de reprendre ces refrains en chœur.

Avant hier, j'ai vu ce qu'on pouvait faire de pire avec un concours de Miss. C’était pour une station de télévision. On aurait choisi des arabes muets pour répondre en chinois que le spectacle n’aurait pas été aussi pitoyable. Certaines des filles tentèrent même la poésie. L'une d'elle, renseignant sur la date de sa naissance expliqua: «C’est ce jour que la flamme de ma chandelle fut allumée». Pas mal hein!?

Quant à leurs maquillages, certains ressemblaient à des expériences chimiques ayant mal tourné.

Pour finir on a eu droit à l’hymne du concours. Ça disait que la station était le «Royaume du plaisir sans limite(sans commentaire)

Évidemment, je ne donnerai pas le nom de la station en question. Je dirai seulement qu'à ce concours la médiocrité atteignit son zénith.

Tilou

** Donne-moi ce qui m’est dû (dans le sens de «donne-moi ton vagin») *** Je ne fait que m'amuser (dans le sens de «Je ne veux pas m'engager»)